Certitude première

(extrait)

Exorcisme inopérant

 

Je suis devant l’espace de mes fils. Mes pas m’ont poussé là comme tout un chacun. Je suis encore enfant, moins qu’hier cependant. Le trou en terre croît. Ma fureur est sans borne ; ma folie se calfeutre aux croisées de vos rues. Vous ne l’entendez pas !

 

Pourtant, elle m’emplit dans chaque instant de calme ; elle me rassasie d’une métaphysique vitale et destructrice. Déborder des confins terribles de l’humain, outrepasser nos tombes d’un lumineux regard, saisir en une idée ultime tous vos gestes et mots.

 

Mes pas m’ont poussé là ; ne vais-je pas tomber absolument dément dans le roulement froid des vents inéluctables ? Comment serai-je au pied de ces murs orphelins ? Comment vous parlerai-je, mes fils ; et toi ma femme, quel jour soutiendra ton regard, à ce moment ?