Broutille 2

Son  sommeil me rassurait et ne me rassurait pas. Je regardais la ligne des lèvres, la ligne des yeux, la disposition des cheveux. Je regardais mes mains, vieillies. Par éclats, des rires chassaient l’angoisse. Tous, à notre façon, restions accrochés au rocher.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.