Jacques Morin/Une Fleur noire à la boutonnière

 

Jacques Morin/Une Fleur noire  à la boutonnière

Jacques Morin/Une Fleur noire à la boutonnière

 

Un œil dans ma bibliothèque, l’envie de tirer ce livre à la couverture franche et au dos carré, Jacques Morin, Une Fleur noire à la boutonnière. Il fait beau, le printemps est là ; le titre fait mouche, et je feuillette :

 

« Il faut rester ouvert

disponible au vent qui vient

à la grisaille qui écussonne »

 

« Banque des yeux

caisse d’épargne de la moelle

crédit de chair

compte d’os

greffe d’actions »

 

« Noir, c’est penser à part. »

 

« œil standard

cervelle emballée sous vide

phallus à jeter après usage

poumons gonflables »

 

« La chambre d’hôpital était pleine d’un silence blanc, qui venait de moi. »

 

« je râpe je rabote

pourquoi brûler une allumette en plein jour »

 

« soleil trié sur le volet

des ombres jouent à la fenêtre

cendres dans l’urne

– a écrit »

 

Résurgence de hasard, bribes de lecture, plaisir et désir de partage…

Paru chez l’Idée bleue, dans la collection Le Dé bleu en 2007, le recueil de Jacques Morin, rédac’chef de la revue Décharge, se structure autour d’une suite de six verbes CHERCHER, TENIR, ECRIRE, VIBRER, AIMER, AVANCER, six façons de saisir son cap poétique, d’en symboliser le dit ou le non-dit, six façons d’être, d’être poète, d’être homme. Six façons/facettes d’un même personnage, dit encore Jacmo.

Jacques Morin, Une Fleur noire à la boutonnière, Chaillé-sous-les-ormeaux, Le dé bleu, L’Idée bleue, 2007, 13.50€

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.