Météorologie interne

_ELL2830

 

 

Aujourd’hui, c’était la Chandeleur au Scriptorium de Marseille. Dominique Sorrente recevait rue de l’Oratoire, sous la Bonne Mère, Scripteurs anciens et nouveaux pour un intervalle de lecture poétique et de crêpes. Ne pouvant y aller, j’envoyai cette petite Météorologie interne…

 

Météorologie interne

Si j’envisage mon intérieur comme une géographie propice aux frasques météorologiques, j’approche la vérité.

« Il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville » disait-il… Je garde en moi ces mots depuis mon enfance.

Le soleil doit embraser jusqu’à la plus infime parcelle d’être, sans cela reste en germe le malheur.

Quand s’instaure la saine accalmie, l’immobile non immuable, l’expansion de soi a pour seule limite la foi.

Être fait de barrières  et de paradigmes, d’échafaudages, d’échauffourées, tenir corps et âme au vaste mouvement.

Ne plus savoir s’il s’agit du dedans ou du dehors, si la bourrasque est intestine, le mal de crâne en haut de la colline, l’horizon du matin ou du soir.

Le vent, mon ange, mon démon.

Olivier Bastide

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.