Poisson d’avril !

POISSON D’AVRIL !
Après cette journée ne restera du Poisson d’avril que la tête, l’arête centrale et la queue. Qu’est-ce à dire ? Peut-être, qu’au-delà de l’instant présent et des foisonnements, le cœur des choses est squelettique, c’est-à-dire plus dur, plus sec, mais aussi authentique, intransigeant, sans attachement au miroitement de l’écaille.
Cette bonne nouvelle n’interdit nullement le jeu, l’art et l’enfance. Au contraire, elle les rend indispensables, preuves de notre lucidité, de notre capacité d’être dissection fulgurante entre l’habit et l’os.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.